Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 15:03
 
 
Le Pacte du Diable*
Tout usage superstitieux suppose le commerce avec les démons. Toutes ces superstitions n'ont d'efficacité qu'autant que l'homme y met sa confiance, et que par ce langage muet il s'associe avec les démons. Et pourtant que renferment-elles, sinon des curiosités qui empoisonnent, des inquiétudes qui tourmentent, et une servitude qui conduit à la mort ?
 
 
PA260080 strange hell 2 txt
 Ariane Lumen, artiste peintre et modèle à Saint Georges de Montclar, Dordogne France, dans une création de Dorvan Création Photographie "Le Pacte du Diable", oct. 2012
 
 
 
Mon ciel est bleu avec des palais en or
 
Mes tours de nuages, les cristaux de glace
 
Les comètes, les lunes et les planètes
 
Tout tourne autour de moi.
 
Et par la porte blanche des nuages
 
Jusqu'au plus profond des océans
 
J'enfonce mon feu, et mon amour dans ton âme
 
Et près de l'eau joue un enfant
 
Et tous les coquillages qu'il trouve
 
Commencent à briller soudainement quand je ris
 
 
 
P6170075 moul space vision
 
J'aime ta chaleur sur mon visage
 
J'aime la couleur cuivre de ta lumière
 
Je te donne l'eau dans ma main
 
Et les coquillages de la plage salée
 
Je t'aime tant, je t'aime tant
 
 
 
 
 
 
 
Je déchire les roches avec mes rayons
 
J'assèche les lacs et les vallons
 
Je ferai fuir les cieux d'orage
 
Quand il commencera à pleuvoir
 
Caches tes yeux dans ma main
 
Avant que mon rire ne les brûle
 
Mon feu, mon amour, mes yeux dorés
 
C'est mieux que tu attendes encore en peu
 
Car un peu plus tard viendra la nuit
 
Accompagnée par sa lune blanche.
 
 
 
P6170075 moul space vision 2
 
 
 
La nuit est trop froide, la lune trop grise
 
Amènes – moi au paradis céleste
 
C'est là que je veux être avec toi
 
Et tes rayons dans le bleu azur
 
Je t'aime tant, je t'aime tant
 
 
 
 
 
Quand je réchaufferai la terre
 
Je la laisserai vivre dans mes bras
 
Avec les étoiles j'ai tissé l'infini
 
La lumière du Nord
 
Mais parfois je suis le plomb bouillant
 
Je suis la vie mais aussi la mort
 
Dans le feu, dans l'amour, dans tous les temps
 
Mais je te consolerai, mon enfant
 
Lèves la tête
 
C'est aujourd'hui que je tends l'arc en ciel
 
Seulement pour toi
 
 rechauff clim
 
Non, je ne m'arrêterai jamais
 
Je préfère brûler,dans tes bras, amènes – moi
 
Personne ne m'y obligera si je ne veux pas
 
Quand tu iras dormir dans la mer ce soir
 
Pas une vie que je n'aie  commencée
 
Et voler sur ton orbite
 
Tu ne peux  aimer un soleil
 
Et je ne te quitterai jamais
 
 
 
Je t'aime tant, je t'aime tant
 
 
 
 al swans 07 2011
 
 
  La loi du 11 mars 1957 interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédée que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou des ses ayants droits cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les article 425 et suivants du Code Pénal. 
 
 
* Le texte décrit une conversation entre le soleil et la terre. Le soleil, arrogant,  est adoré par la Terre qui elle, ne demande qu'à être éclairée, réchauffée par le Soleil.  Traduit du Néerlandais texte originale de Lennaert Nijgh, illustré par une musique de Boudewijn de Groot.
 
Contact : Ariane Lumen alume@orange.fr
 
 
 
 
 
           
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Père Peinard 11/11/2012 12:52


Il faut le commander sur jlje.org !

Le Père Peinard 03/11/2012 13:55


Chatoyant comme d'hab !
Dans les mythologies, c'est le Gros soleil Ra qui court après la pauvre petite Lu... pour leui faire subir les premiers et derniers outrages... jusqu'à ce qu'elle hurle Rhaaaa Lovely !


Bravo : sous mes yeus ton texte sur le/ton Papy qui ramassait les feuilles mortes à la pelle !
Emouvant.


L'ensemble du recueil est assez minable et lugubre...
Surtout moi...

ariane lumen 11/11/2012 08:33



Pas vu le receuil



Présentation

  • : Ariane Lumen
  • Ariane Lumen
  • : Pour la vague qui se soulève, Un peu d'amour...un peu de peur Quelque part le jour se lève Et quelque part un oiseau meurt Membre fondatriçce du Collectif Artistique de Saint Georges de Montclar
  • Contact

Recherche

Archives